Marchand de bonheur

Vous connaissez Guillaume Vermette, le clown humanitaire? Dernièrement, en écoutant l’émission : « Y’a du monde à messe », j’ai été profondément touchée par le discours de cet homme. Il se décrit comme suit : « Je suis l’une des personnes les plus heureuses que j’ai rencontré (sic) de ma vie ». Dans son quotidien, il se promène bénévolement un peu partout dans le monde en étant marchand de bonheur pour les plus démunis. Il anime des spectacles pour les enfants afin de les faire rire et de les faire sortir, l’espace d’un moment, de leur difficile quotidien. Toute une mission!

Je me sens émerveillée par la richesse du cœur de cet homme et par ce qu’il traduit d’espérance pour notre humanité. En même temps, je reconnais le mouvement de cet homme à suivre le chemin de son bonheur, de son épanouissement.

J’ai toujours été fascinée de constater que donner sa vie pour une cause qui nous est précieuse et nous ressemble donne sens à notre vie et nous fait toucher à une joie trouvée nulle part ailleurs. Pour moi, cela reste un mystère qui ne cesse de me réjouir et m’invite à continuer. En même temps, cette joie me confirme dans mon unicité, chemin que je suis seule à pouvoir découvrir.

Et moi aussi, à ma façon, je peux dire que je suis une marchande de bonheur dans mon travail d’accompagnement des personnes en laissant battre mon cœur aimant pour les entendre loin dans qui elles sont. Donner de ma vie me rend plus vivante! Aider l’autre en utilisant mes ressources, en vivant le beau de qui je suis, me comble.

Et si chacun de nous expérimentait ce bonheur d’être lui-même! Je me plais à imaginer combien notre monde se mettrait à changer pour le mieux. Ça me laisse pleine d’espérance! Et vous?

Maryse Cyr, formatrice PRH

http://www.guillaumevermette.com/

Pédagogie de la stalactite

Durant cet hiver bien affirmé, nos amis, ma famille et moi avons mis à distance le froid l’espace d’une semaine de vacances au Mexique dans la péninsule du Yucatan.

Le tourisme et les nombreux complexes hôteliers rendent la plage et la vue sur la mer difficile d’accès. Mais ce phénomène a eu pour effet de détourner notre attention vers d’autres centres d’intérêt.

Entre plusieurs centres d’intérêt, nous avons fait l’expérience de plonger dans un cénote… c’est un décor inattendu qui s’enfonce dans le ventre de la Terre! Une affluence de plongeurs tous azimuts s’entasse dans les boyaux souterrains ayant pour consigne de ne pas mettre de crème solaire chimique nuisible à l’écologie des cénotes et de ne surtout pas toucher l’œuvre du temps qui se dépose dans le miracle des stalactites.

Ma relation au temps dans ce voyage au centre de la Terre fut bouleversée. Soudain, je réalisais, en voyant nos mains s’accrocher maladroitement aux stalactites qui affleurent à la surface de l’eau, que l’homme vit dans un espace-temps dont il n’a pas toujours conscience. Je touchais à du sacré sans en mesurer l’échelle sur le moment.

Une stalactite met 100 ans pour grandir d’un centimètre et voilà que je m’accrochais à 500 ans de croissance pour stabiliser ma flottaison douteuse dans ce lieu enchanteur.

Ce cénote survisité, néanmoins majestueux, m’a livré un message : « À l’abri des regards de l’homme, goutte après goutte, la nature et le temps font leur œuvre avec grande humilité. »

Cette grotte n’a jamais eu l’objectif d’être visitée ni d’être admirée. Elle n’attendait rien. Depuis des centaines d’années, elle fait de la dentelle calcaire sans aucun objectif de plaire. Ce n’est qu’une fois démasqué que ce lieu enchanteur, écrin d’eau pure cristalline, devient une œuvre d’art auprès de laquelle se pressent aujourd’hui grand nombre de touristes.

Ce lieu a laissé en moi une trace d’éternité, une trace sacrée qui me dit tout bas : « laisse le temps au temps ».

Une fois sortie de ce cénote, revenue dans mon quotidien familial, je me sens d’humeur à inviter ceux que j’accompagne, à commencer par mes enfants, à se laisser guider par la pédagogie de la stalactite. « Tombe chaque jour comme une goutte, naturellement, là où tu as à tomber. Ne te soucis ni du temps ni de plaire. Avance goutte après goutte. Construis-toi, seconde après seconde, telle une stalactite s’ajoutant à la dentelle et au volume merveilleux de l’ensemble. Oublie de te presser, car le temps ne respecte pas ce qui se fait hors de lui. »

Le temps qu’il faut nous laisse paisibles, sereins et accomplis. Le temps est notre allié, là où, aujourd’hui, trop souvent, nous en faisons un adversaire. Nous nous pressons trop au point que les expériences vécues n’ont pas le temps de se calcifier ni de s’intégrer à notre conscience pour nous construire dans le bonheur imprenable de l’instant présent.

Nous avons à transmettre à nos jeunes l’art de ralentir et de prendre le temps qu’il faut dans leurs apprentissages pour se construire solidement à travers les années. Ainsi, l’être humain en croissance devient une œuvre d’art naturelle.

Sophie Jardon, formatrice PRH

Vivre et rayonner jusqu’au bout

Tu es arrivé dans nos vies un matin, avec ta simplicité, ta discrétion, ton ouverture au monde, ta curiosité à vouloir apprendre toujours davantage, ton sourire et ton humour intelligent bien distinctif.

On venait de te présenter ton compagnon, Diabète, qui ne te quitterait jamais plus. Tu étais un homme ordinaire, avec sa maison, son camion, aimant son travail, amateur de pêche et passionné d’électronique.

Vivre avec Diabète amène son lot d’adaptations : injections régulières, activités modérées, diète sévère, etc. Une autre compagne, du nom de Rétinite pigmentaire, s’impose alors à toi faisant bonne équipe avec Diabète.

Poursuivre la route avec tes deux compagnons toujours plus envahissants t’impose de te départir de ta voiture, de vendre ta maison pour te rapprocher de ton travail et d’abandonner les loisirs extérieurs que tu aimais tant.

Tu étais toujours toi, rayonnant la vie et semant la joie du moment présent. À la maison, les loisirs et passions d’autrefois ont fait place à la conception de trains miniatures et l’ordinateur.

Il t’a fallu laisser ton travail, car tes reins ne fonctionnaient plus. Tu nous présentais, avec intérêt, tes accessoires de dialyse et l’hygiène de vie stricte à laquelle tu devais t’astreindre, arborant toujours ton sourire.

Une intervention chirurgicale pour une greffe de reins afin de te permettre de retrouver un peu de liberté fut une épreuve difficile à traverser.

La dernière fois que je t’ai vu, toi tu ne pouvais plus me voir. Tu m’estomaquais à chaque fois. Alors que tes compagnons t’envahissaient toujours plus, te faisant prisonnier de ton corps, toi tu rayonnais toujours davantage.

Il t’a fallu quitter de nouveau ta maison, quitter ta région pour que ta famille prenne soin de toi. Progressivement, tu as laissé tes petits trains et l’ordinateur que tu regardais avec une immense loupe. Tu rayonnais toujours. Tu continuais d’avancer. Une nouvelle passion est née en toi : la musique. Tu en es devenu connaisseur et tu demeurais ouvert au monde par la radio.

Il a fallu quitter ta famille après l’amputation de tes jambes. Ton autonomie s’amenuisait jour après jour, mais tu étais toujours « debout », ouvert au monde, s’intéressant à nous lorsqu’on communiquait avec toi.

Tu as tiré ta révérence lorsqu’on a débuté l’amputation de tes membres supérieurs alors que tu perdais également ta faculté d’audition.

Ce qui me rejoint profondément, outre ta grande résilience, c’est ton « oui » à la vie, à l’actualisation de l’homme de cœur que tu étais, en soif d’apprendre et de transmettre, malgré tous les obstacles, et ce, jusqu’au bout. Tu as su toucher toutes les personnes rencontrées sur ta route.

Je me suis levée ce matin alourdie par des entraves à ma liberté. Ton sourire est venu à moi pour libérer le mien.

Le passage d’un tel collègue et ami dans une vie laisse un témoignage important : il demeure toujours en nous un espace de liberté intérieure pour être, se réaliser, s’émerveiller, aimer, être heureux. Notre rayonnement est alors précieux et d’une grande richesse.

Merci à toi Rodrigue…

Joanne Daneau, formatrice PRH

Une merveille trop souvent oubliée

Dès mon réveil ce matin, j’ai reçu un merveilleux cadeau : mes yeux et la faculté de la vue pour mener ma vie. Instantanément, ils me permettent de voir le temps qu’il fait à l’extérieur, de poser mon regard dans celui de l’homme que j’aime à mes côtés, de bien orienter mon geste pour prendre un verre d’eau sur la table de chevet, de me diriger vers la cuisine sans me heurter aux meubles, etc. Ils me donnent accès à toutes les formes de vie qui m’entourent et me permettent de les accueillir dans mon existence. Ils me permettent d’observer tout ce que la vie met à ma disposition et de bouger en toute liberté, sans même y penser. Grâce à mes yeux, je vais où bon me semble en marchant, sans me poser de questions.

La marche : autre merveille à conscientiser. Mon corps a développé le réflexe de la marche depuis mon enfance. J’ai la faculté de me déplacer à volonté et d’emprunter des rythmes différents pour me rendre ailleurs. Ai-je seulement conscience de la chance que j’ai de pouvoir me dresser en une posture verticale et activer mes muscles pour me mouvoir? Quand je marche dans l’allée de l’épicerie, au travail lorsque je rejoins un collègue à son bureau, en randonnée dans la nature, en me rendant à ma voiture, en montant les escaliers, en m’approchant d’un enfant, en voyageant, en me rendant à un rendez-vous, en passant la tondeuse ou en accompagnant mon parent vieillissant… je suis en train de vivre une liberté de mouvement inestimable. Et, chaque fois que je marche sur des surfaces de toutes sortes, sur un terrain accidenté, à travers les pierres, les hautes herbes, les dénivellations, ma cheville fait un travail incroyable. Elle est un chef-d’œuvre d’adaptation qui compense sans cesse pour que mon corps préserve son équilibre.

Je marche alors que d’autres sont dans l’impossibilité de le faire librement ou encore ne peuvent le faire qu’au prix de grands efforts en raison d’un accident subi, de complications du vieillissement, d’un handicap, de la maladie. C’est le cas de mon oncle, dans la trentaine, père de 4 enfants, ayant été enseveli sous terre dans une mine et qui s’en est miraculeusement sorti alors que son compagnon n’a pas eu cette chance. Il a été hospitalisé plusieurs mois entre 2 planches orthopédiques, comme dans le film « L’autre versant de la montagne »*, à regarder soit le plancher de sa chambre, soit le plafond sans pouvoir bouger. Les médecins lui avaient annoncé qu’il ne marcherait plus jamais. Grâce à son incroyable détermination, à de la physiothérapie intensive et à des appareillages adaptés à sa condition, il parvient aujourd’hui à se déplacer relativement bien en position debout malgré son handicap. Je peux vous assurer qu’il apprécie grandement la faculté de se déplacer et l’autonomie que cela lui procure. En lui, c’est une merveille qui lui est redonnée chaque jour de sa vie.

Et moi, quelle attention est-ce que je porte aux merveilles de mon corps?

Quelles richesses m’apporte-t-il pour vivre ma vie quotidienne?

Diane Plante, formatrice PRH

*L’autre versant de la montagne : Lors d’une descente, une jeune skieuse est victime d’un accident qui la laisse paralysée.

L’accompagnement dans la joie du vivant

Dans les dernières semaines de vie de mon père, un lapin « libre » et sans domicile fixe s’est mis à visiter mes parents. Après la surprise de son apparition, nous avons commencé à le nourrir. N’est-ce pas là un réflexe d’humain devant un animal? Carottes, laitue, fraises… À chaque fois que nous l’appelions, il venait à notre rencontre. On l’a baptisé « bébé lapin ». À plusieurs occasions, il nous a permis d’être dans une forme de relation axée sur le vivant. Nous nous sommes extasiés devant ses prouesses et exclamés d’affection pour cette petite boule de poil. On l’espérait, on le guettait, on faisait même des courses pour lui acheter des gâteries.

Un soir, en revenant de chez mes parents, j’ai compris ce que l’animal éveillait en moi. Il me permettait d’être dans la joie, autrement que dans la mort qui guettait mon père de plus en plus fort. Il me permettait d’être dans le vivant du moment présent.

Je n’avais jamais accompagné mes enfants dans la perte d’un être cher. Je savais que cette étape s’en venait, car mon père était en phase terminale. Mes enfants étaient très attachés à leur grand-père. Alors, une idée a lentement germé chez moi. J’ai décidé que nous aurions un lapin et j’ai mis toutes les chances de mon côté. J’en ai glissé un mot à mon père et j’ai obtenu sa « bénédiction ». La lueur de joie dans ses yeux à l’idée que nous adoptions un lapin a été instantanée. Comme s’il y avait une brèche dans notre futur dont il ne ferait, malheureusement, plus partie. Il savait que nous aurions un lapin et c’est un moment de joie que nous avons partagé ensemble.

Le lapin est arrivé dans notre maison la veille des funérailles de mon père. Rapidement, il est devenu un trait d’union entre nous quatre avec les enfants. Quand l’enfant vit une peine, c’est bon de prendre soin et de se laisser aller dans de l’affection pour un petit être vivant. J’ai vu mes enfants vivre leur perte en sentant que leur cœur peut se tourner vers un autre lien d’attachement. S’asseoir par terre avec le lapin nous donne de belles occasions d’être ensemble tous les quatre. Quand nos cœurs sont en mille miettes, on se laisse aller à l’amour inconditionnel vers ce petit être vivant qui a besoin de nous et qui se laisse aimer. Il nous permet d’être dans la joie du vivant.

Pour ceux et celles qui se demandent ce qui est arrivé avec le « lapin de mes parents », la suite de l’histoire est assez incroyable. Mon père est entré à la maison Pallia-Vie le 9 février dernier. Nous n’avons plus jamais revu « bébé lapin » à partir de ce moment-là. Pas l’ombre d’une oreille ou d’une petite patte.

Quand on s’intéresse à la symbolique du lapin, on s’aperçoit qu’il est beaucoup plus qu’un symbole de Pâques en chocolat. Le totem du lapin représente une forme de soutien pour surmonter les périodes de changement et représente la vie et la renaissance au travers la mort. Quand je pense à cette saga des lapins dans notre vie, je me dis que je me dois vraiment d’être à l’écoute de mon intuition quand il s’agit d’accompagner mes enfants dans des périodes de changement. Maintenant, on a notre petit lapin pour nous aider à regarder la vie qui est là, même dans le deuil.

Caroline Cloutier