Voir plus loin que le premier regard

Voir plus loin que le premier regard

Vers l’âge de 15 ans, j’avais un ami que j’appréciais beaucoup qui s’adonnait à l’observation d’oiseaux depuis plusieurs années. Durant l’été, je lui ai demandé s’il voulait m’apprendre à identifier les oiseaux et à mieux les connaître. Il a accepté avec joie et m’a fait découvrir différents milieux naturels où nous pouvions apercevoir des oiseaux très diversifiés. Je me souviens encore de mon étonnement lorsqu’un jour, je lui ai dit spontanément « Moi, avant de faire de l’observation d’oiseaux, je pensais qu’ils étaient tous noirs ou bruns », devant quoi il a eu un grand éclat de rire. Je ne savais pas regarder vraiment avant de m’arrêter attentivement aux détails de chacun d’eux. Avec la guidance et l’accompagnement de mon ami, j’ai appris à regarder pour vrai, à regarder de près, à aller plus loin que mon premier regard pour observer en détail, à examiner la particularité de chaque spécimen. Et depuis, je m’émerveille des roselins, des parulines, des orioles, des grèbes, etc.

Aujourd’hui, je continue de faire de l’observation ornithologique et je ne cesse de m’émerveiller de découverte en découverte. Même après tant d’années, il y a toujours des détails qui me surprennent et que je n’avais pas aperçus auparavant.

C’est un peu la même chose concernant la découverte de soi. Avant d’examiner de plus près qui nous sommes, nous pensons parfois connaître tout ce que nous avons à connaître de nous-mêmes. Nous croyons avoir vu toutes nos couleurs et en savoir suffisamment à notre sujet. Nous nous contentons peut-être d’être plus ou moins semblables aux autres, évitant de nous définir « en particulier ». Nous limitons alors notre découverte sur nous en restant en surface de notre identité.

L’expérience m’a appris que, tout comme pour l’observation d’oiseaux, si nous ne faisons pas le choix de regarder de plus près la beauté qui se cache en nous, nous demeurons dans l’approximatif sur nous-mêmes. Nous nous privons de l’opportunité de nous émerveiller et d’accroître notre bonheur d’être nous-mêmes. Nous avons des pépites d’or en quantité au cœur de notre identité, là où nous retrouvons l’être de la personne humaine. Oserons-nous apprendre à regarder en profondeur et en détail la merveille que nous sommes? Oserons-nous l’observation jusqu’à pouvoir toucher à la particularité de notre essence?

C’est maintenant à mon tour d’être celle qui guide vers de telles découvertes. Si vous avez l’élan d’apprendre à regarder plus loin pour découvrir les joyaux qui vous habitent, joignez-vous à ma prochaine visite guidée, la formation Qui suis-je?, les 19 et 20 septembre ainsi que 3 et 4 octobre 2020.

Venez mes chercheurs d’or, un gisement magnifique vous attend!

Diane Plante, formatrice PRH

Commenter ( 1 )

  • Lisette Soucy Grant

    Cette formation de la découverte de notre identité profonde est une mine d’or afin d’arriver à ne plus douter de soi. Nombreuses sont les personnes qui ont poursuivi cette route de la connaissance de soi et elles en ont sorti grandies.

Un commentaire à faire?

X