« UNE BRÈCHE EN TOUTE CHOSE »

Je reviens de l’exposition sur Leonard Cohen « UNE BRÈCHE EN TOUTE CHOSE » présentée au Musée d’art contemporain de Montréal*. Cette exposition, très fidèle à l’artiste, met en scène l’obscurité et la lumière qui s’avèrent indissociables l’une de l’autre. Lire la suite… “« UNE BRÈCHE EN TOUTE CHOSE »”

Jackpot

Ce serait pas merveilleux : on sonne à la porte.

Une lettre : « Vous êtes milliardaire à l’instant. »

Pourquoi pas tous les matins. Je suis unique.

Jamais il y a eu – n’y aura – un autre moi-même

Avec ses milliards de milliards de cellules, de bactéries…

J’existe.

Difficile à apprécier vraiment

Sans en être ébloui, en perdre la boule.

Flabbergasté par ce qui est,

Par une petite lettre innocente, Un petit cadeau,

Le sans bon sens cadeau d’exister.

Se l’offrir plus souvent… »

Marcel Sabourin, (Petits carnets de rien pantoute)

Éduquer… avec amour et efficacité

Parfois, la sensation que la magie est dans l’air est présente et, même si la situation semble magique, elle se révèle bien réelle dans mon quotidien : les liens d’attachement sont très forts entre mes élèves et moi.

Depuis septembre, différents éléments ou situations m’ont amenée à développer une qualité de présence et de relation aux enfants que je côtoie tous les jours. Mon regard bienveillant s’est raffiné, mes responsabilités d’adulte ont pris toute leur importance et les liens de confiance, d’amour et d’attachement se sont développés.

Au début de l’automne, j’ai assisté à une conférence intitulée « Éduquer avec amour et efficacité ». Cette conférence m’a aidée à raffiner le regard aimant que je porte sur les enfants. Ce raffinement me permet de voir et, surtout, de dire à mes élèves le « beau » que je perçois d’eux : « Tu es minutieux. Tu es habile. Tu es observateur. Tu es créative. Tu es persévérant. Tu es soucieux de l’autre. Tu prends soin de l’autre. Tu es organisée. Tu es organisatrice. Tu es sociable. Ton cœur est aimant… » Ces forces reflétées à mes élèves permettent de les reconnaître en tant qu’êtres humains, pas seulement en tant qu’apprenants, et permettent également de développer l’estime qu’ils ont d’eux-mêmes.

Ensuite, au fil de l’automne, j’ai demandé à recevoir une formation spécifiquement sur les liens d’attachement. Demandée au départ pour un enfant en particulier, cette formation m’a amenée à transformer toute ma façon d’être bienveillante auprès de tous mes élèves.

Dès le début de cette formation, étalée sur plusieurs semaines, j’ai commencé à travailler sur les racines du lien d’attachement qui créent une sécurité. Comme l’enfant qui vient de naître, j’ai porté une attention à l’être humain devant moi par les cinq sens : mon regard est plus accueillant; l’enfant est vu, regardé. Ma voix est posée et calme; le ton est doux pour son oreille. Mes gestes sont remplis de tendresse; l’enfant a confiance en ma douceur. Mon parfum est doux; il apaise ou réconforte. Mes petits muffins faits maison sont là pour le plaisir de goûter. Je suis attentive aux besoins normaux des enfants et je me fais bienveillante. C’est simple, mais ces gestes créent une relation de confiance. Cette confiance se démarque chez les enfants par leur joie, mais surtout, par les demandes qu’ils me font. Ils osent demander à l’adulte responsable d’eux. Ils osent me questionner beaucoup plus qu’avant comme s’ils osaient se lancer dans le vide sachant qu’un grand filet sécuritaire peut les attraper.

Ma perception a changé, ma réflexion aussi.

Au lieu de percevoir l’enfant qui me fait une demande en apparence anodine (ex. : « Je ne trouve plus mon crayon. ») comme étant un enfant peu autonome ou peu débrouillard, je l’accueille comme un enfant qui a confiance en la relation que nous avons. Je deviens sa référence, je deviens peu à peu son modèle. Au lieu de juger l’enfant qui oublie où va tel objet, je le guide en sachant qu’il a confiance en l’adulte que je suis.

Depuis quelques semaines, je vois des élèves qui m’imitent, qui prennent la main d’un élève agité comme j’ai pris l’habitude de le faire, qui réconfortent un autre qui a de la peine comme je le fais, qui se préoccupent à savoir si tel enfant s’est fait mal en tombant comme ils m’ont vue m’informer. Ma fierté de les voir agir ainsi réside en la force de les voir unis, de les voir soucieux des autres, de les voir bienveillants les uns envers les autres dans l’entraide et le respect à la couleur du clan ou de la famille scolaire que nous sommes devenus. Nous avons un sentiment d’appartenance et de loyauté les uns envers les autres, autant eux que moi.

L’enfant développe son sentiment d’appartenance. Il est vu. Il est reconnu. Il existe. Je suis un témoin privilégié que la relation devient l’oxygène de la confiance en soi, devient l’oxygène de l’épanouissement. Je constate, avec émerveillement, que l’enfant sent que je l’aime tel qu’il est. Il n’a pas besoin de travailler à se faire aimer : il est lui-même, tout simplement, et il est aimé tel qu’il est. L’amour est devenu libre.

Aujourd’hui, le lien est tissé, ma famille scolaire est créée et je peux affirmer que la magie est présente, car elle est opérée en réciprocité, de moi envers eux et d’eux envers moi. La relation se fait dans les deux sens, d’adulte à enfant : les enfants reçoivent beaucoup et je reçois beaucoup. J’ai semé énormément, je continue de semer et la récolte est encore plus abondante que jamais je n’aurais pu imaginer! Maintenant que les liens affectifs sont ficelés, les apprentissages se font avec ouverture et confiance. Ils apprennent avec la confiance affective. Les élèves osent questionner, essayer et ne sont pas brisés parce qu’ils font des erreurs.

Je termine en ayant la plus grande satisfaction qui soit : j’ai la sensation que mes élèves ne sont pas seulement à l’école pour apprendre, mais que mes élèves vivent et s’épanouissent en tant qu’êtres humains dans leur environnement quotidien.

Josée, enseignante en 1re année et éducatrice de l’être humain

DONNER LA VIE À MON ENFANT

La naissance de mon enfant constitue un événement marquant dans ma vie. Toutefois, maintenant qu’il est arrivé en ce monde, puis-je dire que je lui ai définitivement donné la vie? En réalité, c’est là que commence le défi de lui donner et redonner la vie chaque jour de son existence.

MAIS COMMENT FAIRE?

D’abord, tout parent qui se questionne sur ce qu’il peut faire pour contribuer au développement de son enfant est un parent sur la bonne voie. Lire la suite… “DONNER LA VIE À MON ENFANT”

Un grain de sable devenu « perle »!

Vous est-il déjà arrivé de terminer une année avec une hâte de changer de calendrier, de tourner la page sur une année qui a eu son lot d’épreuves, de débuter une nouvelle année avec une joie d’amorcer du neuf et l’intuition que celle-ci sera très différente et marquera une nouvelle étape? Et bien, c’est l’expérience que je vis en ce début d’année 2018, celle de la découverte d’une perle de vie que je souhaitais vous partager.

L’année 2017 a été particulièrement difficile par différents événements dont celui d’une épreuve de santé qui m’a ébranlée et freinée dans mon élan de vie. J’ai vécu tour à tour, le choc, le déni, les questionnements sur ce qui m’avait conduite là. Puis, peu à peu, Lire la suite… “Un grain de sable devenu « perle »!”