L'ÉCHO DE PRH, NOTRE BLOGUE

SOYONS LE CHANGEMENT QUE NOUS ESPÉRONS

Publié le 5 mars 2022 par Lise Simard

Où que l’on soit sur la planète, nous sommes tous actuellement témoins d’un conflit armé entre l’Ukraine et la Russie comportant des enjeux inquiétants pour le maintien de la paix mondiale. C’est la guerre! Un rapport de force qui nous donne la terrible sensation d’assister à un spectacle d’horreur et qui nous plonge dans une profonde impuissance.

Devant une telle situation, si je vous demande ce que vous espérez pour notre monde, que me répondrez-vous? Un monde plus humain où règnent la justice et la paix? Où la dignité des êtres humains est respectée? Un monde fondé sur l'entraide plutôt que sur la rivalité? Qui ne porte pas dans un recoin de son cœur l'espérance d'un monde meilleur et plus favorable à la croissance de notre humanité? Et si le changement que j'espère tant commençait par moi? Par toi? Par nous?

Gandhi affirmait « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde! » Je vous lance l'invitation à devenir, dès maintenant, créateur et créatrice de la réalité de notre monde d'aujourd'hui, à construire ce monde que nous désirons tant à partir de votre implication personnelle. Vous croyez que c'est un objectif irréaliste? Que nous sommes impuissants à changer quoi que ce soit? Regardons de plus près avant de lancer la serviette.

 

Introspection : mes propres guerres intérieures

D'abord, qu'en est-il de mon état intérieur personnel? Suis-je moi-même en guerre ou en conflit intérieurement? Quelles sont les colères refoulées, les agressivités ou les rages qui grondent en moi? Ai-je des souffrances qui traînent, qui me portent à me protéger, à rejeter, à juger, à me fermer en relation? Quand je reçois une critique ou que je suis contrarié.e, comment je réagis? Est-ce que je «frappe à mon tour» avec un commentaire blessant en provoquant une escalade de violence verbale? Toutes les injustices subies et encore coincées dans ma gorge laissent-elles un goût inavoué de vengeance en moi?

Ai-je des idées toutes faites sur ceux que je rencontre sans m'ouvrir à les connaître? Est-ce que j'essaie d'imposer ma vérité avant même de les écouter?

Comment est-ce que je réagis lorsqu'une tension surgit en relation? Est-ce que je monte au front pour avoir raison? Est-ce que je m'enferme dans la bouderie et romps la communication?

Comment je traite le commis au magasin à qui je demande un remboursement, le fils de ma voisine atteint de maladie mentale, ma collègue de travail avec qui j'ai peu d'affinités ou le beau-frère qui prend beaucoup de place? Où en suis-je dans ma capacité d'aimer notre monde d'aujourd'hui tel qu'il se présente à moi?

Tout ce qui n'est pas en ordre à l'intérieur de moi risque de créer du désordre à l'extérieur de moi. Mes blessures et mes souffrances non résolues sont comme un champ de mines qui risquent d'exploser à tout moment, au moindre contact humain. Bref, tout ce qui n'est pas nettoyé de mon vécu jusqu'à aujourd'hui fait obstacle à ma capacité d'être un ambassadeur ou une ambassadrice de paix là où je suis.

 

Être ambassadeurs de la paix dans le monde

La paix dans le monde n'est pas quelque chose de lointain à l'autre bout de la planète qui ne me concerne pas. Elle n'arrivera pas à force d'espérer que les autres s'en chargent ou changent. Ce n'est pas le monde ailleurs qui doit changer, mais nous tous qui sommes appelés à vivre ce changement de l'intérieur, une personne à la fois par notre propre croissance et notre propre évolution affective. Même si parfois nous avons de grands leaders comme Gandhi ou Nelson Mandela qui ouvrent la voie, ils ne pourraient la réaliser à eux seuls. La nation «arc-en-ciel» souhaitée par Mandela (une société qui fait place à la cohabitation des différents groupes sociaux plutôt que l'imposition d'une uniformité) n'aurait jamais été possible sans que la population entre dans un changement concret d'attitudes. Le monde que nous voulons aura le visage  collectif de toutes nos personnalités rassemblées, libérées de nos propres turbulences intérieures qui affectent notre manière d'être en relation.

Et vous, avez-vous envie de suivre Mandela et tous ces grands « appeleurs de la paix »? Il est parfois tentant d'en rester aux paroles d'admiration devant un tel homme ou de critiquer notre monde plutôt que de s'engager personnellement dans un cheminement de pacification intérieure. Mais c'est là un chemin sûr de croissance de l'humanité, un chemin qui assainit nos pagailles intérieures et qui fait de nous le changement que nous espérons pour notre monde.

« La paix dans le monde passe d’abord par la paix individuelle. Celui qui est naturellement en paix avec lui-même sera en paix avec les autres » (Dalaï Lama)

Pour découvrir nos formations pouvant vous aider à progresser vers plus de paix intérieure, consultez le calendrier de notre site web: https://formationprh.ca/formations/calendrier-des-formations/

Diane Plante, formatrice PRH

14 commentaires pour : SOYONS LE CHANGEMENT QUE NOUS ESPÉRONS

  1. Merci beaucoup pour cette belle réflexion qui m'amène à constater que la paix commence en soi d'abord. Je regardais le conflit en Ukraine par l'extérieur mais je ne faisais pas le lien avec mes propres guerres intérieures et l'importance de s'en occuper pour mieux se vivre unifiée et en paix intérieurement.

    1. Bonjour Jocelyne

      Que ce texte porte de tels fruits de réflexion personnelle démontre votre ouverture à progresser dans votre propre cheminement de croissance. C'est tout à votre honneur.

  2. Bravo Diane! J’abonde dans le sens de tout ce questionnement intérieur qui doit se faire et tout le travail sur soi pour réaliser cette paix. L’important ces jours-ci c’est aussi d’agir concrètement: éclairer çeux qui ont besoin de l’être, rassurer sans sublimer, offrir des pistes, solidariser nos réflexions et nos gestes.
    Merci!

    1. Bonjour Francine,

      Vous avez entièrement raison de dire que nous pouvons participer à la paix de tous en posant des gestes concrets. Votre expression "solidariser nos réflexions et nos gestes" l'évoque merveilleusement. Merci d'avoir pris le temps d'exprimer cet appel à tous.

  3. Un texte d'une grande vérité. Tes questions interpellent à se mettre en route en reconnaissant nos désordres personnels. Je le faisais déjà, mais cela m'invite à raffiner et élargir mon regard en mode microscope.

    1. Bonjour Martine,

      Je vous souhaite du bonheur à poursuivre cette fine observation "microscopique" pour détecter ce qui reste de désordres intérieurs à pacifier en vous.

  4. Merci pour ces paroles qui engagent !
    Oui moi aussi j'ai ma part à faire, ma pierre à apporter pour construire un monde plus humain.

    1. Bonjour Marie-Odile,

      Cet engagement personnel que vous exprimez est un excellent pas pour construire la paix dans le monde à votre mesure.

  5. Le propos du texte fait écho à une parole d’un autre moine bouddhiste, décédé en janvier, Thich Nhat Hanh : « If we want peace, we have to be peace.
    Peace is a practice, and not a hope. »

    1. Merci pour ce complément qui vient appuyer nos propos et invite aussi à être ambassadeur, ambassadrice de paix.

  6. Merci, Diane. Tes mots résonnent avec ceux que j'ai écrit sur le blog des formateurs de France. Oui, soyons facteurs de paix et de transformation pour le monde qui nous environne! Bonjour au Québec cher à mon coeur ! Solidairement avec les ukrainiens...

    1. Bonjour Régis,

      La France et le Québec se rencontrent dans l'invitation à la paix et la solidarité en notre monde.

  7. Merci Diane pour ce texte magnifique qui nous ramène à la grande vérité (j'ai envie d'écrire la seule vérité...) que le changement commence par soi, en soi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

crossmenuchevron-rightarrow-uparrow-right