L’accompagnement dans la joie du vivant

Dans les dernières semaines de vie de mon père, un lapin « libre » et sans domicile fixe s’est mis à visiter mes parents. Après la surprise de son apparition, nous avons commencé à le nourrir. N’est-ce pas là un réflexe d’humain devant un animal? Carottes, laitue, fraises… À chaque fois que nous l’appelions, il venait à notre rencontre. On l’a baptisé « bébé lapin ». À plusieurs occasions, il nous a permis d’être dans une forme de relation axée sur le vivant. Nous nous sommes extasiés devant ses prouesses et exclamés d’affection pour cette petite boule de poil. On l’espérait, on le guettait, on faisait même des courses pour lui acheter des gâteries.

Un soir, en revenant de chez mes parents, j’ai compris ce que l’animal éveillait en moi. Il me permettait d’être dans la joie, autrement que dans la mort qui guettait mon père de plus en plus fort. Il me permettait d’être dans le vivant du moment présent.

Je n’avais jamais accompagné mes enfants dans la perte d’un être cher. Je savais que cette étape s’en venait, car mon père était en phase terminale. Mes enfants étaient très attachés à leur grand-père. Alors, une idée a lentement germé chez moi. J’ai décidé que nous aurions un lapin et j’ai mis toutes les chances de mon côté. J’en ai glissé un mot à mon père et j’ai obtenu sa « bénédiction ». La lueur de joie dans ses yeux à l’idée que nous adoptions un lapin a été instantanée. Comme s’il y avait une brèche dans notre futur dont il ne ferait, malheureusement, plus partie. Il savait que nous aurions un lapin et c’est un moment de joie que nous avons partagé ensemble.

Le lapin est arrivé dans notre maison la veille des funérailles de mon père. Rapidement, il est devenu un trait d’union entre nous quatre avec les enfants. Quand l’enfant vit une peine, c’est bon de prendre soin et de se laisser aller dans de l’affection pour un petit être vivant. J’ai vu mes enfants vivre leur perte en sentant que leur cœur peut se tourner vers un autre lien d’attachement. S’asseoir par terre avec le lapin nous donne de belles occasions d’être ensemble tous les quatre. Quand nos cœurs sont en mille miettes, on se laisse aller à l’amour inconditionnel vers ce petit être vivant qui a besoin de nous et qui se laisse aimer. Il nous permet d’être dans la joie du vivant.

Pour ceux et celles qui se demandent ce qui est arrivé avec le « lapin de mes parents », la suite de l’histoire est assez incroyable. Mon père est entré à la maison Pallia-Vie le 9 février dernier. Nous n’avons plus jamais revu « bébé lapin » à partir de ce moment-là. Pas l’ombre d’une oreille ou d’une petite patte.

Quand on s’intéresse à la symbolique du lapin, on s’aperçoit qu’il est beaucoup plus qu’un symbole de Pâques en chocolat. Le totem du lapin représente une forme de soutien pour surmonter les périodes de changement et représente la vie et la renaissance au travers la mort. Quand je pense à cette saga des lapins dans notre vie, je me dis que je me dois vraiment d’être à l’écoute de mon intuition quand il s’agit d’accompagner mes enfants dans des périodes de changement. Maintenant, on a notre petit lapin pour nous aider à regarder la vie qui est là, même dans le deuil.

Caroline Cloutier

Comments ( 4 )

  • Francine

    Je reçois ce texte à plusieurs niveaux en ce jour de Pâques. D’abord un lien avec mon père Henri déjà dans l’Autre monde qui avait un lien tout à fait particulier avec les animaux. Une sorte de docteur Doolittle qui parlait à ceux-ci et réciproquement. Je conserve moi aussi cette relation à la nature vivante qui nous apprend tellement de choses sur nous-mêmes.
    Pour l’instant, une chatte abandonnée m’accompagne. J’ai pris cet engagement auprès d’un organisme qui recueille, soigne et cherche un nouveau foyer pour des chats que l’on a abandonnés. Oui, j’évite qu’elle soit euthanasiée mais, elle m’accompagne dans ma solitude, dans mon cheminement quotidien juste par sa présence, ses besoins et ses tours de passe-passe pour récupérer mon fauteuil. Je suis pour le respect de cette vie en situant bien cette relation. Elle n’est ni un jouet, ni une compensation…..elle fait un bout chemin avec moi, c’est tout! Merci Zora!

    • Caroline

      Zora a de la chance de vous trouver sur son chemin Francine! En fait, c’est une chance pour vous aussi je crois, cette présence dans l’amour inconditionnel. Comme quoi on a tous besoin d’une forme de vivant pour nous accueillir dans notre quotidien. Caroline

  • Gaétane Paquet

    C’est très beau, ce lapin est passé dans votre vie comme réconfort pour ton père.
    Et à toi il est venu te laisser un message, une suggestion de bonheur dans le deuil, pour ta famille.
    C’est tellement beau.
    Merci pour ce partage

    • Caroline

      Merci Gaétane! Il y a quelque chose de magique dans cette histoire, selon moi. Heureuse que ce morceau de vie vous touche.

Leave a Comment