Au cœur de nous, l’affirmation…

Depuis quelques semaines, le dossier des infirmières et des infirmiers fait la une de l’actualité. Ceux-ci dénoncent les conditions de travail qui leur sont imposées. Ils sont à bout de souffle, ne pouvant refuser de faire du temps supplémentaire lorsqu’ils terminent leur quart de travail, faute d’effectifs.

Je suis touchée, émerveillée par cette mise debout de la part de ces personnes. Elles clament le besoin de retrouver un sens à leur vie, un repos du corps, de retrouver cet équilibre travail-famille. Plus encore, elles clament la réalisation de ce qui fait sens dans le cadre de leur propre vie en exerçant leur profession : prioriser les patients et leur donner des soins de meilleure qualité.

Ce mouvement enclenché peut paraître dérangeant pour plusieurs, mais cette mobilisation ouvre et invite les personnes concernées à un dialogue en vue d’une recherche de solutions pour un mieux-être, tant pour le personnel infirmier que pour les patients. J’y vois aussi plusieurs qualités humaines présentes dans cet échange : franchise, écoute, authenticité, respect, capacité d’argumenter, courage, audace, équité, justice… Chacune des parties s’exprime tout en ayant ce regard d’une relation à préserver, à privilégier, à faire grandir pour vivre dans un monde où s’affirmer sainement est possible.

Cette expérience d’affirmation m’encourage et crée de l’espérance en moi. Ça appelle ma propre existence. Cela m’invite à prendre ma place là où je suis. Cela m’incite aussi à prendre au sérieux la personne que je suis, à m’actualiser et à être fidèle aux valeurs qui sont les miennes. Je contribue ainsi à la réalisation et à l’épanouissement de toute ma personne. De plus, en étant et vivant tout simplement qui je suis, j’enrichis par le fait même les autres et, sans doute, je contribue, pour la part qui est la mienne, à l’évolution de notre société.

« S’affirmer » s’apprend et se développe. L’expérience des infirmières qui se vit sur la place publique se produit, à plus petite échelle, dans l’environnement où je suis. À tout moment, dans mon quotidien, je suis invitée à prendre la parole, à donner mon opinion, à communiquer à l’autre ce qui va ou ce qui ne va pas.

Je porte cette question : « Est-ce que je prends et occupe la place qui est la mienne? » Une affirmation de soi est possible.

Si vous avez de l’intérêt pour progresser dans ce sens, je vous invite à vous procurer le livre : « S’affirmer sans tout casser! », ouvrage réalisé par PRH-International.

Doris Hébert, formatrice PRH

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *