Copie historique

Caroline, j’ai aimé te lire dans ta dernière correspondance qui nous livre comment l’élève que tu as été a déterminé et continue de façonner la professeure que tu es devenue. Que de belles compétences tu mets au service des étudiants qui ont la chance de te croiser! Tu es un témoin de formation continue, de courage et d’humilité jumelé à une belle recherche d’équilibre travail-étude-famille qui te garde parfaitement humaine.

En lien avec tes réflexions sur la notation et la confiance dans le cadre scolaire, nous venons de vivre, avec mon fils et son enseignant d’histoire, une expérience qui m’a beaucoup appris en ce sens.

Samuel a fait son entrée en 4e secondaire. Il est en train de monter une marche importante d’autonomie dans sa vie affective, dans l’organisation de ses activités scolaires, musicales et sportives. Il est, comme toi, Caroline, en recherche d’équilibre entre tout ce qui est important pour lui.

Dans ce contexte, il se place devant un devoir d’histoire ayant pour objectif de progresser dans la structure du développement construit. Il choisit le sujet suivant : « Mon père, une personne extraordinaire ». Ce soir-là, Samuel va chercher en lui le contenu admiratif qu’il éprouve pour son père.

Samuel remet sa copie. Le verdict historique tombe : 3 sur 10.

C’est la première note de l’année. Généralement bon élève, souligné pour la régularité de son travail, reconnu pour son rayonnement musical et sportif, il passe sous silence ce 3. Il continue, mais se referme silencieusement sur cet incident.

Ce n’est que quelques semaines plus tard que je m’inquiète de son comportement. Distant, fermé, je suis alarmée par la baisse de ses notes. Son père et moi, nous choisissons de lui parler de nos inquiétudes. Il reste sans mots. En parcourant ses cahiers, cherchant toujours à comprendre, nous tombons sur la fameuse copie historique.

À la lecture, mon mari et moi avons été touchés par ses observations et ce qui éveille son admiration.

Soudain, je comprends tout! De toute évidence, dans ce portrait que Samuel fait de son père, il parle de lui, se projette et se construit. Pour lui, ce 3 sur 10 est venu sanctionner sa valeur personnelle et non la structure du plan.

Cette première note vient ébranler l’estime qu’il a de lui-même et a déterminé, à la baisse, les autres notes qui suivront dans les autres disciplines.

Ma première réaction a été de lui parler les yeux dans les yeux. Émue, je lui ai simplement dit que, selon le contenu et notre point de vue, il s’agissait d’une belle copie qui, pour nous, restera dans l’histoire de notre famille. Ses observations, ses exemples et finalement sa capacité à voir les qualités de son père, au travers duquel il énumère les siennes, sont excellents. Le 3 sur 10 est une note qui ne juge en rien de sa valeur, mais a simplement pour but de stimuler sa capacité à réaliser un plan bien construit.

Afin de m’assurer d’avoir bien compris, je prends rendez-vous avec le professeur de mon fils.

Je rencontre un homme très disponible. Un jeune professeur, humain, rigoureux, passionné par ce qu’il fait, structuré et juste… Il répond à mes questions, me rassure sur le fait qu’il a bien mentionné à ses élèves individuellement le fait que la note évalue la forme et en aucun cas le contenu, qui de plus ne sera pas comptabilisée dans la moyenne.

Le soir, quand Samuel rentre de sa journée, je lui partage mon regard positif sur son professeur en lui disant que cet enseignant va le faire progresser.

Depuis cet incident, notre fils a viré de bord… Il a remonté progressivement ses notes en faisant plus de musique et plus de sport. Il s’appuie sur les qualités qu’il a nommées dans la copie historique: son humour qui dédramatise et fait du bien, sa musique qui le relaxe et à travers laquelle il vit sa capacité à suivre le rythme, son écoute, sa mémoire, sa précision, sa concentration, sa capacité à jouer et être là pour le groupe. Le sport lui fait découvrir sa volonté, son goût de persévérer au-delà des défaites, sa régularité pour progresser et sa capacité à se vivre avec les autres pour remporter des victoires.

 

Cet épisode a marqué un tournant dans l’autonomie de Samuel à se relever d’un passage difficile à partir de ses  qualités personnelles. En lien avec nous, il a su changer son regard sur lui et retrouver confiance en ses capacités. En lien avec les exigences et les qualités de son professeur, il va plus loin dans la découverte de ses ressources et leur mise en œuvre.

L’enseignement que j’en tire pour nous, parents, c’est que vous, enseignants, vous avez besoin de notre confiance jumelée à celle de nos enfants pour que vous puissiez faire bellement votre travail et les amener plus loin.

Avoir confiance en soi pour savoir faire confiance semble être une attitude aidante pour réussir.

Sophie

Des commentaires à propos de “3”

  1. Merci Sophie pour le partage de cette expérience. Comme enseignante auprès d’enfants en difficulté d’apprentissage, j’ai souvent vécu ce défi de l’amalgamme. J’ai eu 3 sur 10, je vaux 3 sur 10.! Comment dans ce monde scolaire et dans un monde rivé sur les performances faire saisir et ressentir toute la gamme des «  valeurs » de l’être humain? Un enfant ce n’est pas une « note » c’est toute la gamme!

    1. Merci Francine pour cette très belle phrase…. un enfant c’est pas une note, c’est toute la gamme! Je crois que je saurai la redire à Samuel lui pour qui le musique a tant de vertues!

  2. Bonjour Sophie ! Je suis heureuse de te lire et de constater que tu apportes toujours beaucoup à tous ceux que tu côtoies…
    Mon mari et moi vivons également une expérience de « mauvaise note «  avec notre fils. Il est difficile de soutenir nos enfants quand on sait qu’une note peut faire basculer tout leur avenir . Oui , tout leur avenir ! Quel stress de savoir que vous allez être jugé sur le seul premier trimestre de votre année de terminale , pour rentrer dans l’ecole de rêves ! Hélas en France nous sommes toujours à l’ere de la sanction et non à celle des compétences et des valeurs humaines. Nous faisons de notre mieux pour coacher Arnaud et pour qu’il ne lache rien car nous croyons en lui !
    Au plaisir de te relire
    Isabelle Bonnefoy

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *