L’apprentissage n’est possible que dans une relation pédagogique

Bonjour Josée,

À la lecture de ta « lettre », j’ai aussi le goût de réfléchir à ma pratique de pédagogue. Particulièrement, à ce que je nomme les « distractions » qui détournent les professeurs d’une véritable relation avec leurs étudiants. Ces distractions m’ont parfois fait perdre de vue le sens de mon rôle de pédagogue. Et quand on lit dans les journaux que 20 % des jeunes profs ne poursuivent pas dans le métier (au primaire et au secondaire), il m’apparaît important de dire ce qui m’inspire toujours dans ce rôle de pédagogue.

Dans mes premières années d’enseignement, je considérais les connaissances, les compétences, les objectifs à atteindre comme les éléments fondamentaux de mon métier. Le stress que j’ai pu vivre à préparer un cours! La pression que je me suis mise sur les épaules à construire des ateliers que je considérais stimulants pour mes étudiants! Que j’étais dans l’erreur… parce que j’en oubliais l’essentiel : la relation pédagogique! Il ne peut y avoir un apprentissage que dans la mesure où il y a une véritable rencontre entre deux humains.

Au fil des ans, j’ai acquis des certitudes, inscrites profondément en moi, que j’aimerais partager avec vous. Il me faut d’abord décrire ma réalité de professeur de cégep parce que ces certitudes sont ancrées dans ma pratique. Je ne rencontre mes étudiants que quatre heures par semaine. Ma relation avec eux se construit tranquillement, sur quelques semaines. Et, puisqu’une session ne dure que quinze semaines, je ne dois pas tarder à les connaître. C’est pourquoi toutes mes rencontres avec mes étudiants deviennent importantes. Lorsque je quitte mon bureau pour me rendre en classe, je prends maintenant le temps de me faire présent, consciemment, à tout mon amour que je porte pour les êtres humains. De cette manière, mon cours, dans lequel je transmets de la matière (je discute littérature), devient aussi l’espace de rencontres entre humains. Si je ne porte en moi que le désir de transmettre des connaissances, sans tenir compte de mes étudiants qui, eux, reçoivent cet enseignement, jamais je ne trouverai de sens à ce métier. Je me découragerai et voudrai faire autre chose. J’en ai maintenant la certitude.

À la dernière session, une étudiante est venue me voir à la fin d’un cours pour me dire qu’elle aimait, pour la première fois de sa vie, un cours de français! Un cours obligatoire! Elle se rendait compte que la matière l’intéressait, mais qu’elle n’avait jamais développé d’intérêt pour le français. Et quand je lui ai demandé ce qu’il y avait de différent dans mon cours, elle m’a tout simplement répondu : « Je n’ai pas l’impression que je suis un numéro parmi tant d’autres… » J’ai reçu cette réponse avec beaucoup d’émotion parce qu’elle venait de confirmer cette certitude en moi : l’apprentissage n’est possible que dans une relation pédagogique.

Les étudiants assis devant moi en classe ne sont pas des numéros de matricule, des diagnostics de troubles de comportement, des jeunes désabusés; ce sont des êtres humains… Mon rôle de pédagogue est d’aller à leur rencontre, pour moi, pour donner du sens à mon métier, et, pour eux, pour qu’ils se sentent interpelés dans tout leur potentiel.

François

Des commentaires à propos de “4”

  1. Bravo, c’est inspirant de voir ça, en espérant que vous n’êtes pas le seul.
    Parce que ça devrait tellement se passer comme ça.
    Puisque c’est un humain qui apprend à des humains, avec ses forces et ses faiblesses.
    Mais bravo à vous et inspirez ces jeunes.

  2. Merci François de ce témoignage inspirant de ta recherche et de ton travail engagé auprès des jeunes pour les rejoindre là où ils sont intérieurement et leur transmettre ta passion de la littérature. Je communie à ta certitude que l’essentiel est dans la qualité de la relation que tu construis avec eux qui ouvre le cœur au désir d’apprendre. Je crois cependant aussi que tes nombreux efforts pour construire des ateliers stimulants pour eux ont participé à la qualité de relation que tu as su développer avec eux et à l’expérience que chacun d’eux est « quelqu’un » pour toi.

  3. Wow, si bien articulé. Les apprentissages les plus importants dans ma vie furent avec des profs qui avaient le sens de la relation… MERCI…

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *