MA CROISSANCE AU-DELÀ DES MOMENTS DIFFICILES DANS MA VIE

Lorsque je pose mon regard sur mon cheminement ainsi que sur celui des personnes qui viennent me rencontrer en relation d’aide, je constate que, pour la plupart d’entre nous, le déclencheur initial qui nous dirige vers une ressource est un état d’urgence ou une situation douloureuse. Cet état de malaise nous porte à consulter, dans un premier temps, pour résoudre la situation de crise afin de retrouver un équilibre et du confort dans ce que nous vivons. Mais, qu’en est-il de « l’après-crise »?

Pour certains, la manière d’avancer se fera de façon ponctuelle selon les difficultés rencontrées ou lorsqu’une nouvelle crise se manifestera dans leur vie. Ils avancent au gré des urgences ou des feux qu’ils ont besoin d’éteindre et cela leur permet d’explorer leur vécu personnel, de faire des prises de conscience précieuses et d’apporter des ajustements importants dans leur manière d’être et de vivre. C’est le cas de Marjorie qui m’a dit un jour : « Je me demande si j’ai associé ma démarche de croissance uniquement aux problèmes que je vis ou à mes états de tristesse. Est-ce que la croissance se résume à me sortir de mes creux jusqu’à la prochaine embûche? Quels sont mes réels espoirs de croissance? »

Faisons un simple parallèle entre la croissance humaine et celle des plantes. Si j’entretiens mes plantes uniquement quand elles montrent des signes de fatigue, de maladie ou de sécheresse, elles risquent de manquer d’éclat et de vigueur à court ou à moyen terme. Je suis responsable de leur fournir des soins adéquats afin qu’elles grandissent sainement et qu’elles apparaissent dans toute leur beauté respective. Si je ne les soigne qu’en cas d’urgence, elles n’auront pas une croissance optimale et ne produiront pas tous les fruits dont elles sont porteuses. Elles vont se déployer partiellement alors qu’elles pourraient être resplendissantes de vie, étaler leurs plus belles couleurs et enrichir l’environnement où elles se trouvent.

L’interrogation de Marjorie est un questionnement auquel elle seule peut répondre. Diverses questions Sentier de boispeuvent la guider dans sa réflexion : Quelle place occupe en moi mon désir de me découvrir et de développer mes ressources intérieures? Jusqu’où ai-je envie d’investir au niveau de ma croissance pour répondre à ce désir? Alors que la crise est apaisée, que la douleur en moi est moins vive et que j’ai plus de disponibilité intérieure pour réfléchir librement, ai-je conscience qu’il est possible d’entrer dans un nouvel élan de croissance prometteur qui me conduirait plus loin dans la découverte de moi-même que ce que j’entrevois aujourd’hui? Serais-je prête à risquer cette aventure du « plus loin » que ce que je connais déjà de moi?

PRH : une psychopédagogie de la croissance

« L’aspiration à être soi » tient une place prioritaire dans la psychopédagogie PRH, car elle représente le mouvement naturel de développement de la personnalité auquel toute personne peut collaborer activement si elle en a la motivation. Si Marjorie choisit de s’engager dans ce nouvel élan de croissance, elle pourra privilégier le développement de ce que nous appelons « l’être » au cœur de la personne, c’est-à-dire cette zone en elle qui est essentiellement positive où se trouvent les potentialités qui la caractérisent et en font une personne unique. Elle pourra recevoir un accompagnement et de la formation axés sur le développement de ses forces naturelles, l’appropriation de son plein potentiel et de son identité et, ainsi, poursuivre son épanouissement de façon progressive.

La possibilité de s’engager dans cette seconde poussée de croissance est à la portée de chacun et chacune de nous. Il suffit de prendre la décision d’aller un peu plus loin après la « crise » pour que notre croissance profite à son maximum par notre collaboration active.

Diane Plante, formatrice PRH

Des commentaires à propos de “9”

  1. Très bon article qui relance la motivation de prendre en main sa croissance sans attendre d’être au fond du creux de la vague!
    Continue à nous écrire Diane, c’est très bon.
    Sophie

    1. J’entends dans votre commentaire que vous avez probablement cette expérience de croissance avec la formation PRH. Vous semblez partager notre vision positive de la personne fondée sur la certitude que chacun(e) a la capacité d’évoluer à partir de ses propres motivations. Bonne route et au plaisir de vous lire à nouveau.

  2. J’aime vraiment cette idée propre à PRH. Vivre du bon permet de guérir. On ne guérit pas avant de vivre. Ce n’est pas un préalable, c’est la vie qui est un préalable. Merci pour cet article.
    Stéphanie (france)

    1. Effectivement, la psychopédagogie de la croissance offerte à PRH vise d’abord et avant tout d’éveiller les forces vives au coeur de chaque personne afin que celle-ci puisse relever les défis qui se présentent dans sa vie. Elle parvient ainsi à développer plus de solidité personnelle, à vivre des relations plus harmonieuses et à faire des choix plus constructifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *