La communication verbale dans le couple! Quelles sont les meilleures options?

Dès le début de cette aventure qu’est la vie à deux, en participant à la formation « Nous aimer, c’est quoi? », j’ai été touchée par la distinction que l’école de formation PRH fait entre le lien et la relation de couple. Nous pouvons lire dans le livre La personne et sa croissance : « Il importe de distinguer deux réalités qui sont en continuelle interaction entre les partenaires d’un couple : le lien qui les unit de fond et la relation qu’ils vivent entre eux. »1 Ce fondement m’a toujours guidée par la suite dans ma vie de couple, dans les moments heureux, les traversées parfois périlleuses, comme dans l’accompagnement PRH  que j’apporte aux personnes vivant en couple.

Individuellement, chaque partenaire est autonome. Il possède en son identité d’homme ou de femme des traits uniques que casse-têtesont ses qualités, ses valeurs profondes, ses talents qu’il actualise dans des engagements, des actions, des intérêts, des relations. Ce que l’on appelle « le lien », je le représente comme l’union de deux pièces de casse-tête qui se complètent et se ressemblent. Une partie du potentiel de l’un est liée au potentiel de l’autre pour que s’actualise ce que chacun porte ainsi que ce que nous portons ensemble. La relation, c’est ce qui se construit au quotidien dans cette vie à deux, à travers ce que l’on partage ensemble des tâches de la maison, de l’éducation des enfants, de l’expression de notre affectivité, etc. C’est ce qui engendre des joies, des bonheurs, des complicités, des tensions ou des remises en question…

Utiliser les meilleures options dans la communication verbale à son conjoint, à sa conjointe, aide à découvrir ce qui nous unit de fond, ce que nous vivons à travers des moments heureux et ce qui demande à être réajusté dans les moments plus ardus de cette relation à deux.

Développer l’option de la communication en profondeur

Dans le dialogue en couple, je peux communiquer à différents niveaux de ma personne. Lorsque le contenu de ma conversation est davantage axé sur des faits, sur la description d’évènements, je suis alors à la « fréquence cérébrale ».

Fréquences, télécommandeParfois, à travers ce que je dis, ce que je raconte, je transmets certaines émotions, impressions telles que de l’énervement, de l’impatience, de la surexcitation. J’émets alors des ondes à la « fréquence sensible ».

À certains autres moments, le contenu de ma communication exprime davantage, et plus précisément, mon vécu positif, mes fragilités, mes difficultés, mes inquiétudes. Mon intelligence syntonise alors avec plus de précision la fréquence émise à l’intérieur de moi.

Enfin, la « fréquence profonde » me permet un accès à ce qui me lie de fond à l’autre. Le contenu de ma communication, issu de cette fréquence, porte sur l’amour profond que je vis pour l’autre, ce qui m’émerveille chez lui ou chez elle, ce qui donne, en moi, du sens à notre vie à deux, ce qui aspire à se vivre mieux ou davantage dans notre relation. Cela comprend également mon soutien à la réalisation de mon conjoint, de ma conjointe en société. C’est à ce niveau de communication en profondeur que je découvre notre lien et que je contribue à tisser la relation d’une manière plus solide, plus nourrissante, plus riche de nos découvertes mutuelles sur l’un et sur l’autre. Ainsi se construisent les ancrages solides de notre couple.

Expérimenter des conditions gagnantes

Communiquer et dialoguer en profondeur ne va pas de soi, mais ça s’apprend. Voici quelques options supplémentaires.

Prendre soin du rendez-vousBanc, couple

  • Planifier régulièrement des temps de rencontre, choisir un moment propice de la journée, de la semaine et un lieu qui favoriseront le dialogue.
  • Créer une disposition d’ouverture et d’engagement en exprimant à l’autre en quoi ce temps est important pour moi et pour notre relation.

Apprendre à partager et à écouter

  • Partager ce que j’apprécie de l’autre dans la relation, ce que je vois de ses qualités et talents, ce qui m’émerveille dans ce que l’autre fait, dans ce qu’il ou elle est.
  • Écouter l’autre jusqu’au bout sans l’interrompre et jusqu’à ce qu’il m’indique qu’il a fini. Cette option est parfois ardue. Certains mots, propos ont comme effet de me mettre en fréquence sensible ou cérébrale pour riposter.
  • Vérifier si je ne me mets pas à interpréter ce que l’autre dit ou si je ne le fige pas dans une image que je me suis faite de lui, d’elle. « Il ne parle jamais! Elle n’est jamais contente! De toute façon, c’est toujours de ma faute… »
  • Respecter mes incapacités et mes limites personnelles à dialoguer, ainsi que celles de l’autre. Aller jusqu’où je peux aujourd’hui dans cet exercice d’écoute et de partage.
  • Demander de l’aide en rencontrant un formateur ou une formatrice PRH, soit en consultant seul ou en couple. Cette personne neutre, objective, saura porter son regard sur les forces de notre lien, sur ce qui m’unit à mon conjoint, à ma conjointe et pourra ainsi nous aider à vivre notre relation de manière plus satisfaisante.
  • Participer à une formation PRH qui aborde la vie de couple.

En terminant, quelles options utilisez-vous déjà avec profit dans votre relation de couple? Quelles nouvelles options êtes-vous motivés à expérimenter?

Martine Préville, formatrice PRH

1 La personne et sa croissance, Édition Janvier 2012, Chapitre 10, Le couple, pages 213-231.    Édition Janvier 1997, page 240.

Des commentaires à propos de “5”

  1. Bel article, je le transfère à des personnes qui pourront en profiter…des jeunes pour qui la vie est devant. Merci à toi !
    Bérangère

  2. Étant dans une nouvelle relation depuis 1 an et demi, il me semble que je prends davantage soin de ma relation de couple sachant pertinemment combien elle peut être fragile. Ton article me rappelle des moyens pour préserver ce qui est déjà en place et pour en mettre d’autres à profit. J’aime beaucoup les types de fréquence énoncés. Par cela, tu me permets de repérer les moments où la communication est cérébrale alors que je la voudrais plus profonde, et par le fait même, lui donner la « fréquence profonde » afin qu’elle soit plus nourrissante et plus vivifiante pour mon couple.
    J’aime voir le beau de mon conjoint, le découvrir avec mes yeux du cœur et j’aspire à pouvoir le regarder ainsi longtemps. Ton texte m’incite à prendre soin de ce regard que j’ai sur lui, tout en prenant soin du regard que je pose sur moi, pour mieux prendre soin de notre relation.
    Merci à toi!

    1. Bonjour Josée

      Ton commentaire me permet de goûter à ton bonheur et témoigne de ton engagement dans ta relation de couple.
      Mon article vient rejoindre l’expérience que tu as des bienfaits de se donner des rencontres de dialogue à « la fréquence profonde ».
      En lisant ton expression « le découvrir avec mes yeux de cœur » et prendre soin de ce regard sur lui et sur moi, cela m’invite à te dire d’aller au bout de ton audace relationnelle.

      Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *