Réussir le défi d’une famille recomposée

Que de compromis me direz-vous! Et vous avez raison. Il y a tout un défi à relever à vivre dans une famille recomposée.

Au Canada, il y a près de 500 000 familles recomposées. C’est une donnée publiée pour la première fois par Statistique Canada en 2012. On entend, par là, un couple qui vit avec au moins un enfant né d’une précédente union. Ce qui représente 12 % des 3,7 millions de familles avec enfants.1

C’est donc une réalité très présente aujourd’hui que de réussir le défi d’une famille recomposée. C’est pourquoi je sens important de vous présenter une famille qui me semble avoir réussi une articulation heureuse de vie familiale recomposée depuis 20 ans.

Un jour, une mère monoparentale de quatre enfants vient me consulter pour me partager sa grande joie de revivre l’amour après une séparation de quatre années. Elle est de nouveau Maison prhamoureuse. Son sourire et ses yeux me confirment son bonheur, mais j’entends un « mais » dans ses mots… « Mon amoureux est un papa de 3 enfants presque du même âge que les miens », me dit-elle un peu craintive. C’est une femme qui écoute et partage ce qu’elle ressent assez facilement. Elle m’exprime clairement sa recherche de réponses sécurisantes à ses questions : « Crois-tu que cela puisse être possible de vivre à neuf dans une même maison? Que les enfants puissent s’entendre? Qu’un avenir est possible pour nous deux? »

Quand une mère ou un père divorcé rencontre à nouveau l’amour, c’est un nouvel équilibre à trouver au sein de la famille. Réussir à créer une relation de qualité avec chaque enfant sans empiéter sur le rôle du parent absent, c’est une situation complexe qui demande du doigté au quotidien.

Voilà qu’après 2 ans de vie commune avec les enfants, des conflits apparaissent. L’harmonie des premiers moments dans la famille n’existe plus. Le couple est en danger. Des rencontres d’aide de couple sont nécessaires pour voir clair dans leurs vécus et préserver l’amour déjà bien nommé en chacun d’eux. Leur bonne communication et leur connivence sont un appui pour gérer ces tensions et conflits dans leur famille et c’est ce qu’ils doivent préserver avant tout. « Nous n’allons pas laisser les mésententes des enfants amoindrir notre désir de vivre tous ensemble » me disent-ils.

Ils prennent le temps de bien discerner, avec de l’aide, ce qui conviendrait le mieux pour la bonne entente familiale. Ils parviennent patiemment à proposer des dialogues respectueux avec leurs enfants. Ce qui finit par établir une meilleure compréhension et plus d’accueil des besoins de chacun. Leur amour et leur tendresse ainsi que leur humilité à reconnaître leurs faiblesses sont des atouts précieux pour retrouver leur harmonie familiale.Couple marchant

Pour continuer de vivre une relation amoureuse de qualité, ils se réservent des petits moments juste pour eux, ce qui soutient leur force et leur joie dans leur vie de parents et de couple.

Cette année, ils ont fêté leurs 20 ans de vie commune avec tous les enfants et petits-enfants dans le grand chalet construit pour les recevoir. Ils sont maintenant entourés de 23 personnes. À les regarder vivre, ça dit le « possible » de vivre une famille recomposée heureuse.

Voici donc quatre éléments qui ont été un soutien pour eux :

  • savoir écouter l’autre, sans jugement, en prenant le temps de le recevoir en ce qu’il exprime
  • savoir se dire avec le plus de précision possible afin d’être mieux compris par l’autre
  • savoir discerner chaque décision avant de poser des gestes qui pourraient être regrettés par la suite
  • soigner régulièrement la relation par des petites escapades amoureuses.

Voilà le succès que je vous souhaite en vous redisant : « C’est possible, avec de l’accompagnement régulier, de réussir harmonieusement l’aventure d’une famille recomposée, en travaillant les difficultés inévitables qui se présentent. »

À PRH, des moyens sont proposés pour aider à approfondir les quatre ingrédients cités plus haut dont :

Lorraine Roy, formatrice PRH

1. Recensement -Le Québec fait famille à part. La province se distingue sur tous les plans par rapport au Canada.

20 septembre 2012, |Guillaume Bourgault-Côté| Canada, Familles «recomposées»

Des commentaires à propos de “4”

    1. Merci Lisette,
      Cet article donne effectivement quelques pistes de solutions possible et à PRH il existe beaucoup plus de moyens pour avancer en tant que personne et en tant que couple.

      Lorraine

  1. Texte très d’appoint pour rencontrer des couples dans mon travail. Je sais que Réussir le défi d’une famille recomposée c’est tout un défi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *